Forum - Projet industriel (thème industriel) - contenu de la soutenance de theme

Nombre de membres 1753 membres
Connectés : ( personne )
Snif !!!
 

actif  Sujet n° 69

le 04/06/2007 @ 13h36
par de_mourl

de_mourl

1 message

bonjour

le theme est enfin rendu ! il faut maintenant préparer sa soutenance pour le 18 juin ! je voudrais savoir ce qu il faut metre dans sa présentation car il faut résumer 1 an de travail en 20 - 30 min ! c est pas évident ! qu'est ce qui est le plus important pour le jury ?

merci d'avance de répondre a ma question !

merci au profs de cpi

salutations


etudiant CPI 2

Poster une réponse Haut  

Réponse n° 1
--------
le 04/06/2007 @ 23h51
par Webmaster

Webmaster

Administrateur
61 messages

Soutenance de dossier de projet (thème industriel)
Ce qu'il faut faire et ne pas faire : point de vue personnel


La première difficulté pressentie, avant même de préparer quoi que ce soit pour la présentation, c'est lorsqu'on se dit "comment vais-je faire pour parler de tout ce que j'ai fait pendant l'année en moins de trois quarts d'heure ?". La réponse est toute simple : il ne faut pas parler de tout ce qu'on a fait. S'il ne faut pas parler de tout, c'est qu'il ne faut pas faire un résumé non plus : il faut présenter toutes les phases de l'étude, mais en choisissant des éléments clés à chaque fois. Le rapport écrit comporte l'ensemble des renseignements, il faut donc apporter en bonne partie autre chose à l'oral.

Mais il ne faut pas pour autant présenter des documents "nouveaux", c'est à dire des documents à caractère technique qui ne figuraient pas dans le rapport écrit, à l'exception peut-être de chiffrages de coûts qui seraient parvenus après la date de restitution des rapports. Sans pour autant sanctionner la présentation de ces documents, le jury n'en tiendra pas compte, purement et simplement. Le candidat peut modifier la manière de présenter des éléments techniques, donc, seulement.

Il y a 3 phases dans une étude : la phase de spécifications (ou "faisabilité"), la phase de conception préliminaire et la phase de conception détaillée. Associée à cette dernière phase, un dossier de définition doit être constitué. Ces 3 phases doivent se retrouver dans la présentation, au cours de laquelle chaque étudiant doit présenter son projet durant 40 minutes maximum, puis être interrogé 20 minutes maximum.

Que le thème ait été traîté à plusieurs ou par un seul étudiant, les éléments incontournables à présenter à l'oral sont les mêmes. Ces éléments sont nécessairement présents dans le rapport écrit, si on se réfère à ce que j'ai dit avant. Ceci étant dit, on peut très bien exprimer un point de vue alors qu'il n'a pas été évoqué dans le rapport, sans exagérer non plus. Par exemple, on peut faire un bilan oral sur la planification du projet, le respect des délais d'étude, la manière dont vous avez travaillé en groupe pour constituer la maquette de conception préliminaire, comment vous avez fait en sorte de conserver une maquette de conception robuste, tout au long de l'étude, évoquer des considérations d'éco-conception (sans faire du baratin) si ça peut conforter a posteriori un choix technique...


Phase de spécifications (ou "faisabilité")

On peut accorder une dizaine de minutes (à multiplier par le nombre d'étudiants du groupe) à la présentation de cette phase.

Après une brève présentation de l'entreprise (sans faire d'histoire-géographie...), pour présenter le contexte de l'étude (marché - produits), il faut aborder la définition de l'étude, c'est à dire dans un premier temps la validation du besoin (d'où l'appellation "faisabilité") qui permet de valider le déclenchement de l'étude. Il ne faut pas s'apesantir sur cette étape, mais être clair sur l'opportunité de conduire l'étude qui a été confiée par l'industriel : il y a un besoin à satisfaire. Il y a l'outil "Bête à cornes" qui illustre ça. Il faut que ça soit parlant. Au niveau de la question "Qu'est-ce qui peut faire disparaître le besoin ?", on évitera (point de vue personnel) des banalités du type "s'il n'y a plus de voitures".

Ensuite, quelque chose de très important, puisque ça contitionne toute l'étude : tout ce qui concerne le cahier des charges, en commentant les points qui ont fait l'objet de discussions, de compromis, de décisions faute d'avoir eu une réponse de l'industriel. La difficulté est qu'on est tenté de faire une lecture de l'ensemble du cahier des charges, ce qui n'est souvent pas possible compte tenu du temps imparti. Ce n'est pas indispensable non plus : il faut savoir "résumer" un cahier des charges à l'oral...


Cahier des charges fonctionnel (NF X 50-151)

Document par lequel le demandeur exprime son besoin (ou celui qu'il est chargé de traduire) en terme de fonctions de services et de contraintes. Pour chacune d'elles sont définis des critères d'appréciation et leurs niveaux. Chacun de ces niveaux doit être assorti d'une flexibilité.
Le cahier des charges fonctionnel (C.d.D.f.) est un document qui évolue et qui s'enrichit au fur et à mesure de la phase de création d'un produit.
Le CdCf doit donc être rédigé indépendamment des solutions envisageables et doit permettre l'expression du besoin dans des termes compréhensibles par les utilisateurs.



En fait, il faut aller relativement vite sur le cahier des charges car il vaut mieux reprendre les éléments clés de celui-ci dans la présentation des diagrammes d'interacteurs (diagramme APTE dit "la pieuvre") par phase d'utilisation. Ces diagrammes ont l'avantage de permettre de pouvoir décrire l'ensemble des fonctions de service (principales et de contraintes) de chaque phase (fonctionnement, maintenance...). Pour chaque fonction, on peut retrouver les éléments du cahier des charges, avec pour chacun d'eux un critère, un niveau et une flexibilité (penser à expliquer ce que signifie F0, F1... si on a utilisé cette codification).
Il faut ensuite présenter la hiérarchisation des fonctions de service, en expliquant comment on a procédé, selon quels critères... Préciser ce qu'on entend par "FP2 est bien plus importante que FC1". Importante pour quoi ? Pour un temps d'étude, pour un point de vue sécurité ? un point de vue environnemental ? Par exemple, pour citer un cas extrême, il peut arriver que ce soit les fonctions liées au conditionnement (emballage) d'un produit qui soient prépondérantes pour la conception, si c'est un critère environnemental qui est privilégié... bref, il faut savoir de quoi on parle, simplement, ce qui est évident.

Pour les fonctions de service, il faut définir les fonctions techniques qui permettent de les assurer. Le diagramme FAST est l'outil idéal de représentation, pour faire ça. Si les fonctions techniques ont été présentées sous une autre forme dans le rapport, rien n'empêche de synthétiser ça à l'oral sous la forme d'un FAST, si d'un point de vue technique il n'y a pas d'apport : c'est juste un mode de représentation structuré. Lors de la présentation, il ne faut pas détailler chacune des fonctions, si elles sont nombreuses.

Il faut, suivant le type d'étude, présenter l'étude de "l'existant" qui a été faite : ça peut être des recherches effectuées sur Internet de produits comportant des fonctions (de service ou techniques) similaires, des recherches de brevets qui auraient été déposés (propriété industrielle) ou ça peut être la présentation et l'analyse du système existant, s'il s'agit d'une reconception...

Après tout ça, on peut dire qu'on a fait le tour de "l'attendu" en matière de conception et de l'existant, pour s'assurer de respecter un contrat (cahier des charges fonctionnel) et pour ne pas risquer de reconcevoir ce qui a déjà été fait ou pour envisager de "s'inspirer" de produits ou principes techniques existants.
Du point de vue de la présentation, c'est important car ça justifie la recherche de solutions qui suit en fixant le cadre de cette recherche.
On peut considérer que la phase de spécifications s'arrête là. Mais si on utilise le terme de phase de "faisabilité", ce n'est pas fini car il va bien falloir garantir qu'il existe bien des solutions pour assurer chaque fonction technique, pour s'assurer que le système technique soit "faisable", sans pour autant aller jusqu'à la définition précise des solutions techniques, ni des procédés d'obtention de pièces mécaniques... Donc le travail qui suit est en général toujours un travail de groupe.


Phase de conception préliminaire (inclut la recherche de solutions)

Dans la phase précédente, on a mis les choses au clair : il faut que le cadre de l'étude soit bien clairement défini à l'oral. Ca ne nécessite pas tant de temps que ça ; il faut faire des simulations de présentation.

A présent, on attaque véritablement la recherche de solutions. Ce qui importe à l'oral (mais c'était déjà vrai à l'écrit), c'est de montrer que la recherche a été structurée. Il est possible d'avoir des idées de solutions remarquables du premier coup, mais pour cette épreuve de l'examen comme dans le cadre d'un travail de technicien en BE, il est nécessaire de pouvoir proposer plusieurs solutions. C'est vrai pour 2 raisons. La première, c'est que chacun a son point de vue, même si une solution peut en apparence satisfaire pleinement un bon nombre de critères du cahier des charges fonctionnel. La seconde raison, c'est qu'il n'est pas rare qu'une contrainte nouvelle apparaisse ou qu'un élément du cahier des charges soit modifié, en dépit du fait que ça ne devrait pas être possible, en théorie. Mais les réalités industrielles imposent parfois un changement "de dernière minute" : il faut savoir s'adapter...


Dossier de conception préliminaire (NF X 50-106-1)

Résultat de l'étude d'avant-projet permettant de dégager les possibilités techniques les mieux adaptées aux besoins. Cette étude s'appuie sur des études préalables (marché, faisabilité...) et aboutit à l'étude d'un avant projet sommaire permettant de définir une ou des solutions d'ensemble exprimées à l'aide de modèles numériques (maquettes numériques), croquis et schémas, maquettes...



Il faut expliquer comment les différentes idées ont été trouvées, même si ça ne semble pas facile à faire, dit comme ça. Il y a toujours moyen d'expliquer : si on a utilisé une méthode de recherche de solutions (brainstorming, TRIZ, ...), il n'y a pas de problème pour en parler. Dans le cas contraire, des solutions naissent rarement dans l'esprit de chacun sans qu'on ait fait appel mentalement à une similitude avec un autre système technique, à des éléments du quotidien, à quelque chose qu'on a vu un jour même si le souvenir est diffus... il y a donc bien toujours moyen d'exposer ce qui a amené à telle ou telle solution : il faut donc le faire.

La représentation des solutions, sous la forme de croquis sur papier, de schémas cinématiques (ou technologiques) 2D ou de schémas cinématiques 3D sous modeleur volumique, doit permettre au jury de bien visualiser le fonctionnement du système, en plus de valider un comportement attendu. Je ne vois pour ma part aucun inconvénient à ce que des étudiants présentent un schéma cinématique 3D animé par un outil de simulation cinématique, même si ça n'apparaît pas dans le rapport : du moment que ça reste un moyen de communiquer visuellement et qu'aucune conséquence technique sur la conception réalisée ne repose sur ce schéma, il n'y a pas de problème. Il faut que ça soit du "visuel", simplement. Ce qui ne sera pas accepté, c'est si on utilise cette simulation cinématique (dans le cas où elle n'avait pas fait l'objet d'une publication dans le rapport) pour extraire des vérifications de comportement, par exemple des accélérations maximales, etc... Les actionneurs, pré-actionneurs et capteurs doivent également être intégrés aux solutions envisagées, sans pour autant les dimensionner à ce niveau de l'étude.

Pour ces différentes solutions, il faut présenter les essais ou simulations qui avaient déjà été produits dans le rapport. Il faut être efficace : présenter par exemple une simulation cinématique tout en précisant l'objet (pour quoi faire ?) de cette simulation, ses résultats et la conclusion. Un essai ou une simulation doit aboutir, de par un résultat, à la vérification plus ou moins bonne d'un critère qui avait été annoncé au préalable, lors de la phase de spécifications. Le mieux est d'illustrer les résultats par un graphique : ça parle mieux que du texte. Il faut faire du visuel !
Mais chaque solution (plusieurs solutions pour chaque fonction technique) n'a pas forcément été soumise à un essai ou à une simulation : il est possible de la critiquer par la seule vue de sa représentation (croquis ou schéma).

Bien-sûr, comme il faut faire le choix de LA meilleure solution globale (de tout le système technique), qui va être un assemblage des meilleures ou presque meilleures solutions techniques qui la composent, il faut se fixer des critères précis pour établir une étude comparative. Cette étude doit avoir été faite dans le rapport.
Il s'agit donc simplement d'expliquer à l'oral, pour quelques fonctions techniques bien choisies, pourquoi les critères choisis sont pertinents et comment une "note" a été mise. On voit des critères du type "complexité du mécanisme" : il faut être plus explicite pour ce type de critère. Est-ce le nombre de pièces qui constituent la solution ? Bref, il faut EXPLIQUER plus que présenter.
En général, la méthode choisie fait apparaître une "note" pour chacune des solutions assurant une fonction technique. Il faut admettre les limites des outils qu'on utilise : si pour 4 solutions envisagées, les "notes" que l'on obtient sont 45, 43, 16 et 25, il ne faut pas se jeter sur celle qui a obtenu 45 car les critères d'appréciation employés ne permettent certainement pas de mettre en avant une solution face à une autre, pour un écart de disons 20% sur la "note"... ça donne une tendance, tout au plus.

Parallèlement à tout ce travail, en cours d'année, il a été possible de constituer une maquette de conception préliminaire : il faut bien montrer à l'oral, que cette maquette a été développée dans le cadre d'une conception collaborative.


Conception collaborative

Situation de travail de conception à plusieurs - en réseau par exemple - sur un même projet. La conception collaborative nécessite une organisation particulière : structure globale imposée, zones d'interventions individuelles identifiées, procédures d'échanges à distance et de validation définies...
L'enjeu de la conception collaborative réside dans la diminution des délais et des coûts de développement d'un projet ; elle s'appuie sur le développement d'outils et d'organisations qui intègrent les modifications et évolutions proposées par chaque intervenant pour structurer le modèle générique.



En début d'année, dès que possible, la maquette de conception préliminaire doit être démarrée. Il s'agit de réaliser un modèle numérique 3D qui constituera en quelque sorte le "squelette" de la maquette de conception définitive (détaillée). Cette maquette permet de procéder à des simulations cinématiques (voire dynamiques) même si elle ne représente dans un premier temps qu'un schéma cinématique spatial. A titre d'exemple, on peut voir le nez de marche de bus présenté sur la zone études du site.
Lorsque l'étude est développée par plusieurs étudiants (cas très généralisé), la maquette de conception préliminaire doit également permettre de définir des zones d'interventions individuelles de sorte que la conception d'un intervenant ait le moins de risque possible d'influer sur une zone qui ne le concerne pas. Ce n'est pas chose facile, évidemment.
Il est également possible, assez tôt dans le déroulement de l'étude, de définir des sous-assemblages fonctionnels dans l'assemblage global de la maquette de conception préliminaire : ces "blocs fonctionnels" représentent des sous-ensembles qui sont placés dans l'assemblage pour représenter certaines "pièces" dont on ignore à ce moment le mode d'industrialisation. Ca permet d'avoir du "volume" sans définir plus avant les composants et pièces du système. On peut notamment définir des critères d'encombrement...

Pour revenir à la présentation, il faut expliquer comment le groupe a travaillé pour "préparer le terrain" de la conception d'un assemblage commun. Il y a certainement eu des difficultés : il faut en parler sans pour autant dire que rien n'a fonctionné ! S'il y a 3 parties dans l'assemblage, est-ce que le regroupement s'est fait à la fin ? ou au fur et à mesure ?

Si la présentation commune s'arrête là, il est bon de faire à ce moment un bilan sur le suivi de projet. Ce bilan doit comporter une analyse des écarts entre les durées initialement prévues pour les différentes phases du projet et les durées réellement consacrées à celles-ci. Il faut expliquer ça brièvement et simplement.


Phase de conception détaillée

Là, il s'agit véritablement d'un travail individuel.

Il est bon en tout premier lieu de rappeler les fonctions que chacun avait à étudier : le mieux est de le faire sur une représentation de l'ensemble du système, sur la maquette de conception préliminaire par exemple.

Ensuite, il faut prendre le temps pour présenter et expliquer les choix qui ont été faits concernant les structures et les composants, ainsi que leur dimensionnement.
Il ne s'agit pas de présenter les calculs dans le détail, concernant les dimensionnements, mais d'expliquer la démarche, les outils employés pour conduire les calculs (lLogiciels de calcul, documents constructeurs, règles de constructions normalisées...) et enfin les résultats. C'est une partie relativement importante en terme de temps de présentation, puisque c'est celle qui permet d'aboutir à la maquette de conception détaillée.

Il faut distinguer le dimensionnement des composants, comme les moteurs, les vérins, le choix d'organes de transmission, de capteurs, ... du dimensionnement des structures, des arbres de transmission, ...
Pour la définition des pièces à concevoir (pas les composants standards), il faut montrer comment le choix de matériau-procédé a été fait. Expliquer la démarche si un logiciel d'aide au choix de matériau-procédé, comme CES, a été utilisé. Si des essais successifs ont eu lieu pour définir des pièces (formes, matériau) dans leur environnement, il faut présenter la procédure suivie.

Parallèlement, il faut expliquer comment ces solutions ont été intégrées dans la maquette numérique, toujours selon une conception collaborative... De la même manière, il faut parler des éléments de l'étude qui ont nécessité la prise en compte des exigences de vie du produit (sécurité, ergonomie, éco-conception...).

L'organisation de cette partie de la présentation doit rester personnelle, pour qu'elle s'articule naturellement, logiquement.

En dernier lieu, il faut présenter un bilan global des coûts, pour les éléments standards au moins. Comme je l'ai dit au début, si des devis sont parvenus tardivement, ils peuvent tout de même être évoqués et intégrés dans ce bilan des coûts.


Constitution du dossier de définition

Il n'y a rien de particulier à dire concernant la production d'un plan d'ensemble et d'une nomenclature. Le mieux, c'est de s'assurer que le jury ait déployé le(s) plan(s) d'ensemble pendant la présentation. De toutes manières, si ce travail a été fait, le jury l'aura vu à la lecture du rapport. Même remarque pour les autres documents qui étaient éventuellement demandés pour l'étude (notice, gamme de montage, ...).

Il faut par contre présenter les éléments qui ont conduit à l'élaboration de l'avant-projet partiel de dessin de définition fonctionnelle puis à celle de l'avant-projet partiel de dessin de définition de produit fini, coté et tolérancé, de la pièce ou du sous-ensemble restreint qui avait été choisi.
Il faut retranscrire ce qui a été présenté dans le rapport, en soulignant bien l'articulation, pour la pièce choisie, entre les conditions fonctionnelles, les conditions sur les surfaces fonctionnelles (de liaison, de "dégagement", ...) et les spécifications géométriques et dimensionnelles associées.
Il faut pouvoir apporter une justification aux spécifications portées sur l'avant-projet de définition fonctionnelle.
Montrer ensuite les critères de choix utilisés pour retenir le procédé d'obtention de pièce parmi ceux qui avaient été envisagés. Il ne reste qu'à commenter succinctement l'avant-projet partiel de dessin de définition de produit fini.

Ce qui est bien, c'est de pouvoir présenter, à partir des mêmes surfaces fonctionnelles, la pièce produite obtenue à l'aide de différents procédés, directement sur le 3D, en exploitant des configurations différentes, mais il faut l'avoir présenté dans le rapport au préalable...


Fin de présentation

Enfin, il est bon de présenter la maquette virtuelle de la conception, si ça n'a pas été fait auparavant : le jury a nécessairement envie de voir le 3D, alors autant ouvrir l'assemblage complet avant qu'il ne le demande. Si on craint que le temps d'ouverture du fichier soit excessif, ou que la visualisation de quelques parties de la conception 3D sur PC prennent trop de temps, au risque de "plantages" du logiciel, car ça arrive... il est toujours possible d'enregistrer l'assemblage global sous une forme allégée, en utilisant par exemple un format eDrawings, très simple à mettre en oeuvre avec SolidWorks (des exemples sont visibles sur ce site), ce format nécessite peut-être l'installation de plugins payants sur d'autres modeleurs volumiques. Certains seront tentés par l'enregistrement de vidéos : à voir...

A nouveau, il est bon de faire un bref bilan sur le suivi de projet. Ce bilan doit à nouveau comporter une analyse des écarts entre les durées initialement prévues pour les différentes phases du travail individuel et les durées réellement consacrées à celles-ci.
Ce bilan de suivi de projet permet peut-être d'enchaîner sur une conclusion qui doit être, elle aussi, très personnelle. Suivant les candidats, la conclusion se porte sur le travail de projet de 2ème année uniquement. Certains font un bilan de leur formation au BTS, d'autres présentent brièvement leur projet pour les années suivantes... bref, chacun voit à ce niveau.

Une chose tout de même, mais c'était déjà à faire à la fin de la présentation commune, s'il y en avait eu une : il faut conclure en signifiant que sa présentation est finie et dire au jury qu'on est prêt à répondre aux questions. Chacun trouvera la formule qui lui conviendra le mieux...


Et il faut présenter tout ça en 40 minutes sans respirer biggrin... Dur, dur, la vie d'un étudiant en BTS CPI !

Mais quelle satisfaction d'avoir pu restituer le travail d'une année. Il faut se dire que pour bon nombre d'étudiants, c'est la toute dernière épreuve d'examen de leur scolarité : ça mérite d'être bien préparé, ça !

Du coup, quand les professeurs proposent de consacrer encore un peu de leur temps pour faire des simulations de présentation de dossier de projet, en fin d'année, il faut impérativement en profiter. Et puis ça nous plaît aussi, à nous, de voir la synthèse du travail de la deuxième année !
C'est qu'on y a tous participé d'une certaine manière... smile


Le Webmaster du site BTSCPI.FR

Ecrire à Webmaster Site web Webmaster
Poster une réponse Haut  
Réponse n° 2
--------
le 05/06/2007 @ 08h10
par de_mourl

de_mourl

2 messages

Un grand merci au webmaster de ce site !!cool pour cette explication dans les moindres détails de la soutenance de théme !!

encore merci pour tout !!
Viva CPI


etudiant CPI 2

Ecrire à de_mourl
Poster une réponse Haut  
Réponse n° 3
--------
le 09/05/2008 @ 08h23
par guido38

guido38

2 messages

Merci pour toutes ces explications.
Je suis étudiant par le cned et celà m'aide beaucoup.

D'ailleurs peut t'on me renseigner sur la définition du travail demandé à un étudiant, à qui le centre d'examen à donné un dossier de projet déjà réalisé.

Merci encore cool



Poster une réponse Haut  
Réponse n° 4
--------
le 09/05/2008 @ 09h22
par Webmaster

Webmaster

Administrateur
179 messages

Bonjour.
Il n'y a pas d'information particulière dans le référentiel de l'examen, concernant la présentation d'un dossier de projet prêté à un candidat "extérieur". En toute logique, il faudrait que ce soit le centre d'examen (l'établissement dont est issu le rapport) qui vous définisse un "contrat", pour que vous connaissiez le travail qu'on attend de vous.
Dans tous les cas, vous devriez être évalué sur les compétences attendues pour cette épreuve, définies à la page 78 du référentiel. Ca signifie notamment qu'il faudrait que vous refassiez une analyse fonctionnelle, différente de celle que vous récupérez (rapport de spécification), que vous assuriez par vous-même une partie au moins de la conception, sous forme 3D (après une recherche de solutions argumentée), faire des calculs d'avant-projet liés à vos solutions... le tout en intégrant un suivi de projet, basé sur un volume horaire global ne pouvant excéder 150 heures, mais vous pouvez, à mon avis, vous fixer un nombre d'heures plus réduit. A vous de présenter l'organisation de votre travail.


Le Webmaster du site BTSCPI.FR

Ecrire à Webmaster Site web Webmaster
Poster une réponse Haut  
Réponse n° 5
--------
le 09/05/2008 @ 16h48
par guido38

guido38

3 messages

Merci pour cette réponse, je comprend maintenant mieux ce que l'on attend de moi pour ce travail. A savoir que l'on ne m'a pas fourni de fichiers informatique pouvant me servir de base de travail. Mais je vais me renseigner à nouveau auprés de l'établissement.

Encore merci cool


Poster une réponse Haut  
Réponse n° 6
--------
le 30/04/2009 @ 17h43
par Smileon

Anonyme

visiteur

Bonjour
Merci pour ces indications pertinentes mais pour ma part je ne comprend qu'es que je doit donc mettre dans la Partie " Industrialisation " Qui est la 3eme et partie final pour nous !!

Si vous pouvez m'aider merci!
Ecrire à Smileon
Poster une réponse Haut  
Réponse n° 7
--------
le 30/04/2009 @ 17h48
par Webmaster

Webmaster

Administrateur
263 messages

Bonjour.

Vous trouverez 2 rapports d'industrialisation sur le Forum : Distributeur d'aliments pour escargots

Ça devrait vous aiguiller... Bon courage.


Le Webmaster du site BTSCPI.FR

Ecrire à Webmaster Site web Webmaster
Poster une réponse Haut  
Réponse n° 8
--------
le 30/04/2009 @ 21h47
par Smileon

Anonyme

visiteur

Merci =)
Ecrire à Smileon
Poster une réponse Haut  
actif sujet actif   clos sujet clos   Important! Important!   Nouveau Nouveau message
Rectifier Rectifier message   Clôturer Clôturer sujet   Remonter Remonter  
Catégories de discussion  Forum